Vous êtes ici : Accueil > Le coin des Elèves > Français > Des nouvelles d’Olmix !
Publié : 30 janvier 2015

Des nouvelles d’Olmix !

Chers élèves de 5e,
Olmix n’est pas mort ! J’ai reçu des nouvelles cette semaine. Voici l’article paru dans le quotidien Ouest-France le 26 janvier dernier. Bonne lecture !

" Rhum : le trimaran foudroyé de retour à Lorient
48 heures après le départ de la course à Saint-Malo, la foudre transperçait le multi 50 Olmix de Pierre Antoine. Bob Escoffier, dont le monocoque coulait le lendemain, a ramené, hier, le multi à son port d’attache.

Une belle histoire liée à des fortunes de mer. Le retour d’ Olmix à Lorient, c’est la promesse d’une renaissance de ce trimaran de 26 ans, défoncé par la foudre deux jours après le départ de la Route du Rhum, au large de la Corogne. Le convoyage d’ Olmix scelle aussi l’amitié de deux naufragés du Rhum, Pierre Antoine et Bob Escoffier. Hier, à Lorient, Pierre Antoine, à peine descendu de son trimaran, est revenu sur cet accident rarissime qui aurait pu lui coûter la vie, le 4 novembre. « Heureusement, j’étais à l’avant du bateau quand la foudre est tombée. Il y a eu une explosion. De la fumée noire est sortie du trimaran. Un enchaînement d’arcs électriques a tout brûlé à l’intérieur. La coque centrale était percée, j’ai vite compris qu’il n’y avait plus de solution … » Le skipper est hélitreuillé. Le bateau n’a pas coulé, car ses deux flotteurs latéra ux sont indemnes et le maintiennent à la surface.

Le coup de main de Bob

Pierre Antoine se morfond dans le port espagnol quand, 24 heures plus tard, débarque un autre naufragé du Rhum, le Malouin Bob Escoffier. Son monocoque, victime d’une voie d’eau, vient de couler à un mille nautique du trimaran foudroyé ! Les deux hommes se sont connus sur les courses. Bob Escoffier, qui vient de vendre sa société Étoile marine croisière et son chantier naval, est aussi expert maritime. Quand le trimaran blessé Olmix est remorqué à la Corogne, Bob évalue les dégâts pour l’assureur de Pierre Antoine. Sa conclusion : oui, ce bateau, malgré son âge vénérable, est réparable. Et oui, il pourra repartir en course, mais à la condition d’une rénovation complète. En Espagne, la coque centrale, trouée à onze reprises, est rebouchée. Le moteur est mort, l’électronique aussi, le mât paraît intact mais c’est quand m ême par lui que la foudre est passée… Olmix ne peut reprendre la mer tout seul, il faut le remorquer. Et c’est à nouveau Bob Escoffier qui prend la main. Le vieux loup de mer se transforme en routier maritime. En début de semaine dernière, il appareille de Saint-Malo avec son catamaran à moteur Étoile marine ,construit il y a deux ans en vue des voyages autour du monde qu’il prépare à l’heure de la retraite. Il met le cap sur La Corogne où l’attend le trimaran remis à l’eau… C’est ainsi qu’ Olmix est rentré à bon port. Hier, à Lorient, le staff d’ Olmix ,groupe breton basé à Bréhan, au cœur du Morbihan, et spécialisé dans la valorisation des algues, a salué l’arrivée de Pierre Antoine et de Bob Escoffier. Promis, le trimaran Olmix repartira en course au printemps. Et tant mieux s’il a accumulé des milliers de miles sous ses coques, puisque l’entreprise travaille dans le développement durable. Quant à « captain » Escoffier, il doit remettre le cap aujourd’hui sur SaintMalo en remorquant depuis Lorient le monocoque Bureau Vallée, démâté et sans quille : « Comme ça, on ne repart pas à vide ! »

François NIKLY. "